Les expos


Bande dessinée et immigration : un siècle d'histoire(s)

Depuis ses débuts, l’histoire de la BD est liée aux migrations. À travers le monde, nombre d’auteurs ont placé le thème de l’immigration au cœur de leur œuvre, de Mac Manus à Bilal, en passant par Hugo Pratt, Uderzo et Goscinny. L’immigration apparaît comme un thème majeur du 9e Art.

Bande dessinée et immigrations donne à voir ce croisement méconnu. Conçue par le Musée national de l’histoire de l’immigration, cette exposition itinérante présente une quarantaine d’œuvres. La bande dessinée y apparaît autant comme un objet d’art nourri de la mobilité des hommes que comme un témoignage des représentations passées et présentes sur l’immigration. Au-delà de la seule approche artistique et historique, elle appelle à changer nos regards sur les migrants et sur l’histoire de l’immigration en France.

Dédiée aux néophytes comme aux bédéphiles, cette exposition itinérante composée de 15 panneaux s’adresse à tous les publics dès 10 ans.

Médiathèque de Jussac
Du lundi 2 au mardi 31 mars
En partenariat avec la commune de Jussac
Le Musée national de l'histoire de l'immigration a pour mission, à travers son offre culturelle, de contribuer à faire évoluer le regard porté sur l'immigration. A cette fin, il diffuse plusieurs expositions itinérantes sur tout le territoire et à l'étranger. C'est dans ce cadre qu'est présentée l'exposition
Bande-dessinée et immigrations. Un siècle d'histoire(s).

 

AAARG !

AARG !, c’est d’abord une revue BD et une maison d’édition intensément actives entre 2013 et 2016, sous le fier étendard « Bande dessinée & culture à la masse », sous la direction artistique de Pierrick Starsky. En quelques numéros parus et ouvrages publiés, une énergie (plus qu’une ligne éditoriale stricte) et une inventivité truculente font de la revue un repère indispensable, tant pour les auteurs que pour les lecteurs. D’aucuns n’hésitent pas à parler de magazine culte ; il suffit de jeter un coup d’oeil aux sommaires pour constater qu’il y avait du beau monde, dans ces pages. Bande dessinée, oui, mais aussi littérature, souvent dite « mauvais genre » (science-fiction, horreur, polar…), musique, chroniques, entretiens... ont nourri les différents numéros, chargés de la vivacité d’une culture populaire et sans gêne.

Après plusieurs années d'activité intense, la maison d'édition a déposé le bilan, en 2016. La revue a cessé de paraître en 2017. Mais l’insubmersible esprit AAARG ! renaît dès 2018 chez les éditions Glénat, sous forme d’une collection, GlénAAARG !, dirigée par Pierrick Starsky et Cédric Illand.

L’exposition propose une sélection de planches originales et de reproductions issues des différents numéros de la revue. La scénographie est réalisée par le Festival Rustine.

Pierrick Starsky, créateur de AAARG !, est présent au Festival.

Théâtre d’Aurillac
Du mardi 10 au samedi 28 mars
Exposition co-produite avec le Festival Rustine

 

Les Enfants de la Résistance

Printemps 1944 : un aviateur allié est perdu en Belgique occupée… Entre dans la peau d'un enfant résistant pour l'aider à rejoindre l’Angleterre afin qu’il puisse reprendre la lutte !

Créée par la Fête de la BD de Bruxelles et les Éditions du Lombard, cette exposition est tirée de la série Les Enfants de la Résistance, de Benoît Ers et Vincent Dugomier. Ludique et adaptée à un jeune public (8-12 ans), elle explique de manière didactique les grands thèmes liés à la Seconde Guerre mondiale et à la Résistance en France et en Belgique. En plus d’explorer l’Histoire, les visiteurs pourront découvrir la série en aidant les héros à replacer les cases des albums sur les panneaux correspondants.

Médiathèque d’Ytrac
Du mardi 10 mars au vendredi 10 avril
En partenariat avec la commune d’Ytrac

 

Du côté de chez Guerse et Pichelin : quelques planches

On se fait plaisir en venant admirer ces quelques planches issues des albums Vermines, Vermisseaux et Les Aventuriers du Mékong. Trois BD fort différentes sur la forme : on passe d'un voyage exotique de deux pieds nickelés au Laos aux aventures d'une bande d'insectes désœuvrée. Mais elles se rejoignent sur le fond puisqu'elles étudient les comportements de nos contemporains et racontent des histoires du quotidien.

Guillaume Guerse et Marc Pichelin sont présent au Festival.

Librairie Point Virgule (salle d’art & Espace BD)
Du lundi 16 au lundi 30 mars


Vert-Lou

Fruit d’une résidence de création BD portée en 2017 par le Festival BD du Bassin d’Aurillac, en partenariat avec les communautés de communes Sumène Artense et du Pays de Mauriac, cette œuvre-exposition originale est un album BD à ciel ouvert, une histoire qui se déroule le long d’une trentaine de bâches. Elle a été écrite et dessinée à quatre mains, par Cécile et Lionel Marty.

Vert-Lou, c’est une chronique en 4 chapitres, 4 saisons qui marquent chacune un âge différent de la vie et la relation à l'environnement naturel. Temporalités géologiques, végétales, animales et humaines se suivent, se chevauchent, se rencontrent...

Pour Cécile et Lionel Marty, cette résidence fut "un moment de création rare et précieux. La conjonction de nos deux styles, ce travail de ping pong sur le cahier de dessins nous a incité à aller plus loin..." Quel plaisir aujourd’hui d’apprendre qu’en 2021 paraîtra, aux éditions Delcourt, un album co-signé Cécile & Marty !

Cécile et Lionel Marty sont présents au Festival.

Cinéma Le Cristal
Du lundi 16 au mardi 31 mars
En partenariat avec Le Cristal

 

Jean-Pierre Dionnet, quelques moires…

En clin d’œil au titre de son autobiographie, Mes Moires, un pont sur les étoiles, Jean-Pierre Dionnet propose, via ces planches et objets amicalement prêtés au festival, ce qui pourrait être vu comme autant de pointillés, de segments, de cet incroyable pont artistique qu’est sa vie.

En 1975, un magazine de bande dessinée fait une entrée remarquée dans les kiosques. Son nom ? Métal hurlant. Il est fondé par quatre mousquetaires nommés Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet, Bernard Farkas et Jean Giraud/Moebius qui prennent le nom d'"Humanoïdes associés". Métal révolutionne le paysage du neuvième art, inocule le virus de la science-fiction à toute une génération et invente la BD rock, avant de conquérir l'Amérique sous le titre de Heavy Metal.

Infatigable découvreur de talents, éditeur de BD et de romans sous le label "Les Humanoïdes associés", doté d'une culture encyclopédique et d'une capacité à trouver deux idées (minimum) à la minute, Jean-Pierre Dionnet est le rédacteur en chef inspiré de Métal hurlant, tout en poursuivant une œuvre de scénariste pour Enki Bilal, Raymond Poïvet, Jean Solé, Jean-Claude Gal ou encore Beb Deum.

Mais sa carrière ne s'arrête pas là. À la télévision, il lance les émissions L'Impeccable et Sex Machine avec son complice d'alors, Philippe Manoeuvre, dans le cadre des Enfants du rock sur Antenne 2. Sur Canal +, il rend hommage au cinéma populaire dans Cinéma de quartier et aux classiques du cinéma d'horreur dans Quartier interdit.

Puis il fonde une société de production, Des Films, qui contribue grandement à faire découvrir en France le cinéma asiatique.

Sa vie, et son autobiographie donc, sont un plaidoyer passionné en faveur de tous ces arts longtemps qualifiés de mineurs et qui occupent enfin une place centrale dans la culture d'aujourd'hui.

Jean-Pierre Dionnet est présent au Festival.

Médiathèque du Bassin d’Aurillac
Du lundi 16 au mardi 31 mars

 

Les Passiflore

Toute en légèreté, l’exposition Les Passiflore est visible dans la confortable salle de l’Heure du conte, à la Médiathèque. La sympathique famille, créée en 1987 par Loïc Jouannigot (dessin) et Genevière Huriet (ancienne bibliothécaire !!!), a enchanté des générations d’enfants et de parents au cours de quelques dizaines d’albums parus aux éditions Milan, puis en adaptation BD chez Dargaud, avant que la série ne soit reprise par l’éditeur Daniel Maghen. Un nouvel album, A bâbord, les Passiflore, y a été publié en 2019… Ce livre, et cette exposition, permettront aux plus petits de découvrir Onésime, Zinia, Romarin, Agaric, Pirouette, Dentdelion, Mistouflet et compagnie.

« Car la famille Passiflore, regardez-bien, c’est la nôtre » Actualitté 

Médiathèque du Bassin d’Aurillac (salle Heure du conte)
Du lundi 23 mars au samedi 4 avril
Une création du festival Bulles à croquer (Saint-Brieuc), co-produite par l’Espace Culturel de Plérin